Bourse, on fait le bilan 2022 (et c’est pas terrible)

2 janvier, 2023

Dernier jour de vacances, c’est le moment ou jamais d’écrire et de publier le bilan 2022 de mon année boursière. Alors je précise « publier » parce que depuis mon dernier article (29 avril), j’ai tenté d’écrire quelques articles sans réussir à en terminer un seul…

La raison officielle veut que j’ai manqué de temps et de motivation face à cette annus horribilis. La raison officieuse voudrait que mes publications étaient réservées à quelques rares membres premium élite, qui ont déboursé la modique somme de 997€ / mois (fake news).

Trêve de plaisanterie, j’ai un article à écrire et à publier !

2022 : annus horribilis

Après des années 2019, 2020 et 2021 records pour mon portefeuille, il est temps de revenir à la réalité. La bourse ce n’est pas la foire où à tous les coups l’on gagne. Cette année, j’ai connu ma pire année boursière depuis mes débuts (en 2013) et je ne parle pas qu’en terme de performance.

SPX en 2022

Depuis la fin janvier, je suis baissier sur les indices, j’ai d’ailleurs publié plusieurs articles à ce sujet. Dès le 28 janvier, j’avais l’ours dans le viseur et j’ai donc décidé de vendre la totalité de mes LQQ. Le retour d’une inflation bien plus élevée qu’attendue allait contraindre la FED à revoir sa politique monétaire.

Mais le véritable signal de krach viendra du début de la guerre en Ukraine. J’avais d’ailleurs averti le monde des spéculateurs, tel un canari dans la mine, dans un article sobrement nommé 2022: le krach boursier est imminent. Mais alors que j’attendais gloire, femmes et argent pour ma contribution au trading, je n’ai reçu qu’une lessiveuse qui m’a mis la tête et l’estomac à l’envers.

Puis les mois de mars et avril ont été compliqués à gérer pour le bear que j’étais. Le rebond violent de mars m’a fait douter : et si je m’étais planté ? Et s’il fallait revenir fort à l’achat ? Je vous partageais mes doutes dans cet article à la mis mars, mais malgré toute la rationalisation, le marché continuait de grimper… Aie ya aie, j’ai perdu toute ma crédibilité, je ne serai pas le prochain Michael Burry et Michael Lewis n’écrira pas de livre à ma gloire.

Mais heureusement au mois d’avril, le marché replongea vers les abimes. J’étais sauvé, mon scénario baissier était toujours valide. Espérons que Leonardo Dicaprio soit toujours disponible pour interpréter mon rôle dans le film The Big Short 2. Malheureusement pour vous, cet article du mois d’avril sera le dernier de l’année. La lessiveuse aura eu raison de ma santé mentale, et de ma productivité.

Quand je me regarde, je me désole; quand je me compare, je me console

Alors malgré toutes ces bonnes prédictions, mes performances boursières sont négatives en 2022. Le PEA et le CTO perdent environ 20% chacun. Certes, j’ai vendu très tôt dans l’année mais l’effet de levier (massue) aura eu raison de moi.

Alors ça fait toujours mal à la tête d’afficher des performances négatives, d’autant plus qu’il suffisait de s’abonner à un Telegram/Discord privé à 27€ / mois pour battre 99,9% des tradeurs de la planète. Donc on essaye de prendre un peu de recul, est-ce moi et ma méthode qui sont hors course ou est-ce que tout le monde est sonné par cette année ?

BlackRock Asset Return Map

Si on s’attarde quelques minutes sur la performance 2022 par classe d’actif, on peut constater que mis à part des matières premières, aucun actif n’aura permis de s’enrichir cette année. Les produits actions/les produits de taux, les marchés développés/émergents, les actions européennes/américaines/asiatiques : absolument tout est rouge.

Mais sur ce blog, on parle majoritairement de bourse alors faisons un tour des marchés actions. Et la médaille de plomb revient au Nasdaq 100 qui enregistre une baisse de presque 33%. Après 10 ans à dominer le monde, les GAFAM se mangent un beau retour de bâton. Le S&P 500 et le Russell baissent d’environ 20% et le Dow Jones 30 sauve les meubles avec une baisse de seulement 8,8% !

HebdomadaireMensuelleTrimestrielleAnnuelle
S&P 500-0.14-5.907.08-19.44
Nasdaq 100-0.42-9.06-0.29-32.97
Dow Jones 30-0.17-4.1715.39-8.78
Russell 20000.02-6.645.80-21.56
VIX3.835.30-31.4725.84
CAC 40-0.48-3.9312.35-9.50
DAX-0.12-3.2914.93-12.35
FTSE 100-0.29-1.608.090.91
Nikkei-0.54-6.700.61-9.37
HSI0.966.3714.86-15.46

Les marchés européens surperforment leurs homologues américains (merci l’USD), mais ils sont négatifs.

Même les adeptes du portefeuille 60/40 (60% d’actions et 40% d’obligations) se prennent le bouillon du siècle. Ce portefeuille, promu par la sphère financière pour son rendement constant et son risque minimum, affiche sa pire performance depuis… que le capitalisme existe.

Ouf, je ne suis pas le seul qui prend l’eau, me voilà rassuré.

C’est l’heure du RETEX

Maintenant que l’année 2022 est passée, il est l’heure de faire son débriefing. Il ne faut pas rester sur une mauvaise note et passer à la suite. De mon point de vue, il est important de comprendre ce qui a fonctionné ou non. De comprendre nos erreurs et d’en tirer les conclusions pour ne plus les reproduire.

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent !

Albert Einstein

Cette année, j’ai assez peu suivi mon baromètre. Je sais qu’en période de bear market, il offre des opportunités d’achat sur rebond mais au prix d’une volatilité accrue. Et comme j’avais déjà pris un sacré bouillon au mois de janvier, je ne voulais pas creuser encore mes pertes. Cependant en suivant mon baromètre, quel aurait été le résultat ?

Baromètre vs S&P 500 en 2022

En suivant à la lettre le baromètre et sans levier, la performance de mon compte aurait été de -5,23% (contre -19% pour du Buy and Hold) et un Max DrawDown de -13% (contre -25% pour du B&H). Plutôt flatteur mais encore fallait-il avoir les nerfs pour suivre le baromètre. Enchainer les pertes et continuer à la suivre, acheter alors que ça panique dans tous les sens ou vendre alors que tout le monde devient euphorique (Buy the Fucking Dip).

Bref, beaucoup plus facile à dire qu’à faire. D’autant plus que nous avons eu beaucoup de mouvements erratiques : acheteur le lundi, vendeur le mardi et à nouveau acheteur le mercredi… une lessiveuse je vous ai dit.

Quand je me fais le bilan de cette année, j’ai un peu de mal à voir comment j’aurais pu mieux la négocier. Peut être en réduisant le levier pour réduire le niveau de mes pertes 2022 mais je ne vois pas comment j’aurais pu gagner de l’argent. Quels signaux fiables/backtestables sur un horizon de temps long m’auraient permis de gagner de l’argent en 2022.

Si vous en avez, je suis preneur !

Me voilà à la moitié de l’article (oui, c’est bien de faire le bilan 2022, mais ce qu’on veut c’est 2023). Cependant je n’ai plus l’habitude de publier des articles, mon niveau d’endurance n’est plus le même. Alors soit je me lance dans l’écriture de la seconde partie au risque de ne pas terminer/publier l’article. Ou je fais une partie 2, dans quelques jours, pour parler des perspectives 2023…

Ah j’oubliais : bonne année 2023 !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire mentionné par un *

  1. Aaaah le grand retour !
    Merci pour l’article !

    Personnellement j’ai recommencé à acheter du LQQ mais je garde des liquidités, peut-être ne sommes nous plus très loin du dip…

    Curieux d’avoir tes prévisions pour 2023 du coup !

    Bonne journée

    1. Hello Jérémy,

      Pas de prévision, elles sont inutiles parce que toujours à côté de la plaque. Mais plutôt les indicateurs qui je vais suivre en 2023

  2. Meilleurs voeux Alexandre et ravi de vous revoir…
    Ma performance global pour 2022 est de +5.29% (+34,8k) (+12.2% sur mon CTO, +4.40% sur mon PEA) et ce malgré le gel de mon tracker russe (-2k) a ce jour….certes c'est pas ma meilleure année mais comparer a mon indicateur de reference le CACGR je suis plutôt satisfait (-6,68%)

  3. Bonne année 2023!

    L'année commence bien avec le retour des articles d'Alexandre!

    Et les indicateurs qui sont entrain de repasser au vert les uns après les autres!

    On ne peut pas gagner à tous les coups, mais déjà sortir d'une position long en levier 2 sur le nasdaq 100 dès le début 2022 aura été une bonne chose… un moindre mal!

  4. Bonjour Alexandre,

    Meilleurs vœux à ta petite famille, l'arrivée d'un enfant change tout.

    Merci pour ton article, où tu ménages comme toujours des rebondissements, sympa à lire et instructif.

    Dans ton benchmark de ton baromètre, tu as calculé que tu aurais vendu à 1 ? et resté neutre à 2 ? et acheté à 3 et au-dessus , c'est ça ?

    Excellente journée

  5. Bonjour à tous,
    merci Alexandre pour ta contribution: ton come back est très apprécié par la communauté. Comme tu l'indiques, les prévisions restent toujours hypothétiques et peinent souvent à se réaliser.
    Je partage ici, en toute transparence, mon approche, différente de la tienne: j'ai plutôt tenu compte, dans une perspective long terme de la capacité de rebond du Nasdaq 100 (au travers du LQQ donc avec effet de levier). Bien entendu, je me suis également pris le bouillon. Mon PRU actuel est de 659€ dessus…c'est dire (-55%).
    Pour autant, comme je suis en mesure de le faire, j'ai racheté du LQQ, pas exactement en mode DCA, mais plutôt avec des rachats optimisés, par seuil: par exemple, le dernier seuil que j'avais identifié se situait juste au-dessus de 400€. Il est descendu quasiment jusqu'à 380€, avant de remonter à 430€. Je ne vends pas, je considère que la purge, même si elle n'est pas terminée, est assez dure. Certes, le LQQ pourrait sans doute dévaler jusqu'à 270€: mon hypothèse est que si cela se produisait, le rebond serait ensuite fulgurant: j'aurais donc renforcé pour atteindre un PRU de 520€ environ. Je serais alors extrêmement exposé, mais j'imagine mal que le LQQ ne franchisse pas la barre des 1000€ d'ici 3 ans. Psychologiquement, ça fait mal de voir la moins-value potentielle se creuser, mais je reste confiant. Bien entendu, il sera nécessaire pour moi de m'alléger progressivement, dès que j'aurai atteint 15% ou de performance, pour me sécuriser et mieux me diversifier.
    J'imagine que mon approche n'est pas forcément la meilleure, je n'ai pas suffisamment de temps ou de régularité à consacrer à cet investissement.
    Bref, exposé, en moins-value, mais…confiant en l'avenir.
    Bonne année à tous!

    1. Très intéressant Xavier !
      Pourquoi alléger de 15% si c’est pour du long terme? Un levier 2 reste modéré et quand on voit les périodes de hausse que le nasdaq est capable de réaliser…

      1. Bonsoir Jérémy. L'allègement envisagé s'explique par le fait que mon investissement final pourrait atteindre une part importante de mon patrimoine personnel si le LQQ descendait jusqu'à 185€ (ce qui potentiellement n'est pas à exclure dans mes hypothèses de travail extrêmes).
        Mais c'est peut être une erreur de ma part. Toujours est-il que lorsque je vois les PER de nos GAFAM descendus à 22 après de précédents sommets surévalués, je suis confiant sur le long terme, et me dit qu'un investissement maintenant ou dans les mois qui viennent est bon sur le long terme.

    2. Bonjour, je suis à peu près dans la même stratégie. Aprrès avoir subi une bonne perte je suis entré/sorti plusieurs fois sur 2022 pour récupérer ma perte initiale. C'est chose faite depuis quelques jours Là je me sens bien installé, avec un pru à 450. Wait and see!

      1. Bonsoir,

        Idem, PRU 480€ et je me sens plutôt serein.

        Je n’ai qu’une ligne sur mon PEA, peut-être à tort…

        RDV dans 15 ans !

  6. Oh, un article!\o/ Bonne année à toi aussi!

    Personnellement j'avais tout vendu quand la divergence sur l'adline était apparue vers la fin 2021. Le retour à la moyenne se faisait de plus en plus pressant avec la montée stratosphérique suite au rebond post-covid. J'ai raté la crête pour environ 5%. J'ai repris l'une ou l'autre petite position par la suite quand la baisse était déjà bien amorcée, mais je regrette de ne pas en avoir pris quand le Nasdaq était vers les plus bas. J'étais convaincu qu'on descendrait plus bas encore et ne voulait pas regretter me positionner trop tôt trop fort. C'est loupé pour le moment! J'espère seulement que le marché baissier n'est pas terminé et qu'il fait une simple pause avant de reprendre sa marche vers les profondeurs. Si jamais on a déjà vu les plus bas, j'aurai loupé le marché baissier que j'attends depuis des années. Comme tu le dis si bien dans ton article, c'est plus facile à dire qu'à faire, même préparé. C'est dans ces moments qu'un robots qui prend des ordres pourrait s'avérer utile: il ne fait pas de sentiment, lui! Mon autre crainte, c'est qu'on amorce une décennie comme celle post éclatement de la bulle technologique de l'an 2000 avec un Nasdaq amorphe. Qui vivra verra!

  7. Bonne année Alexandre !

    J'attends avec impatience la deuxième partie de l'article 😉

    Est-ce que tu as-tu repris du LQQ depuis ? J'attends ton feu vert pour repasser à l'achat. Pour l'instant je suis 100% cash mais quand je vois que ça remonte, difficile de ne pas réinvestir !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}