Indicateurs techniques : comment choisir ?

(Note d’Alexandre: une fois n’est pas coutume, j’ouvre le blog à un auteur extérieur. Ceci est un article invité, rédigé par Capitaine Invest).

Les indicateurs techniques sont pour le trader néophyte une source à la fois d’émerveillement, d’espoir mais aussi de confusion et de questionnement permanent.

Dans cet article, nous allons voir ce qu’est un indicateur technique, à quoi il sert, les écueils dans lesquels tombent les traders débutants et enfin ma façon de les utiliser.

Qu’est-ce qu’un indicateur technique ?

Avant tout, il convient de définir ce qu’est un indicateur et à quoi sert.

Les indicateurs sont des outils qu’utilisent les investisseurs ou traders, particuliers ou professionnels pour avoir une grille de lecture supplémentaire par rapport à la seule évolution du prix d’un actif quel qu’il soit (action, devise, matière première, cryptomonnaie…)

Un indicateur ne se substitue jamais aux mouvements de prix, il vient en complément afin de donner des… indications (ça ne s’invente pas) sur le niveau actuel de tel ou tel actif.

Un exemple ? Le volume est un indicateur qui ne donne aucune information sur la valorisation d’une action, mais du nombre de titres échangés.

Volume de transaction sur le S&P 500

Pourquoi est-ce que le volume est important à connaître ? Tout simplement parce qu’il donne une indication claire et incontestable sur l’intérêt des investisseurs et de la popularité de l’actif à ce prix.

Beaucoup de volume = beaucoup d’intérêt, beaucoup de titres s’échangent à ce prix, que ce soit lors d’une hausse ou baisse du prix.

Cela est notamment utile lors des breakouts d’une phase de consolidation, car de faibles volumes sur un cours qui explose montre que peu d’investisseurs sont intéressés par le mouvement voir qu’il s’agit d’une manipulation de cours de la part de quelques grosses mains.

Si au contraire les investisseurs se jettent sur l’actif malgré le fait que son prix augmente, cela démontre qu’un grand nombre d’investisseurs considère à tort ou à raison qu’il s’agit d’une opportunité.

Bien sûr, cela ne veut absolument pas dire que vous devez faire comme eux et il ne s’agit pas d’un signal d’achat, simplement c’est une information supplémentaire qu’il convient d’intégrer à votre plan de trading pour agir en toute connaissance de cause.

Les problèmes généralement rencontrés avec les indicateurs techniques

Le volume est un des indicateurs techniques les plus utiles et les plus utilisés dans le monde de l’analyse technique, mais cela ne veut pas dire que tous les indicateurs sont utiles, loin de là.

Un indicateur est toujours en retard

Premier écueil des investisseurs néophytes : considérer l’indicateur technique comme un signal avant-coureur ou annonciateur de ce qui va arriver.

Ce n’est pas le cas car un indicateur est très souvent (pas tout le temps, exemple le volume) basé sur les prix passé de l’actif et à partir de là il n’est donc que le reflet de ce qui s’est précédemment passé et non directement annonciateur de ce qui va se passer.

Bref, les boules de cristal en bourse n’existent pas : si beaucoup d’analystes techniques se basent sur les indicateurs et leur traitement stastitique pour dire que :

  • S’il se passe telle chose sur tel indicateur,
  • Alors il y a 70% de probabilité qu’il se passe ceci par la suite.

Cela reste une analyse du passé qui certes donne des indications (d’ou le nom) mais en aucun cas des signaux d’achats, de vente de façon 100% fiable et statistiquement significatifs.

Bref, ne prenez pas les indicateurs pour ce qu’ils ne sont pas !

Trop d’indicateurs tuent l’indication (et poussent à l’inaction)

Autre écueil que l’on voit fréquemment chez les débutants, mais aussi chez les moins débutants : accumuler les indicateurs techniques.

Puisque chaque indicateur va m’apporter de l’information supplémentaire, j’ai intérêt à en avoir le plus possible non ?

Graphique en mode sapin de Noël

Non !

Non seulement les indicateurs complexifient la lecture d’un graphique, mais ils ont la fâcheuse tendance à mettre l’investisseur dans la panade car quand l’un dit oui, l’autre dit l’inverse.

Macd, RSI, eliott waves, ichimoku, bandes de bollinger, stochastique… je vois parfois certains accumuler les indicateurs et les mauvaises décisions qui vont avec, et à force ils ne voient plus les choses les plus évidentes.

De plus, comme dit précédemment quand on accumule les indicateurs techniques, on a la plupart du temps des signaux contradictoires :

  • Divergence baissière sur le RSI,
  • Mais on est sur support en ichimoku,
  • Et on est neutre sur le MACD,
  • Alors même que le prix grimpe.

Que fait l’investisseur ? Soit il prend une décision en ignorant sciemment un indicateur et dans ce cas, on se demande pourquoi il le regarde s’il finit par ignorer ses indications.

Soit il hésite, et a une impression mitigée. Alors qu’en réalité l’analyse technique donnait des signaux clairs, qui ont été parasités par le bruit ambiant d’indicateurs.

Le rôle de l’analyse technique est d’aider l’investisseur à identifier les bonnes opportunités et d’y entrer au bon moment, la bourse et l’investissement en général sont des univers incertains et changeants, il ne faut pas en rajouter !

La façon dont j’utilise les indicateurs techniques pour mon trading

Vous l’aurez compris, je ne suis pas fan des graphiques en sapin de Noël ni des indicateurs boule de cristal, comme les vagues d’Eliott qui marchent toujours à posteriori mais bien sûr jamais avant.

Je pense au contraire que dans le trading ou l’investissement, comme dans beaucoup de domaines less is more.

Je limite donc volontairement (après avoir moi aussi eu des sapins de noël comme graphique) la quantité d’indicateurs que j’utilise à 4 maximum.

Bien sûr, je n’ai ni la science infuse ni la prétention d’avoir absolument raison et dire que ceux qui en ont 5 n’ont rien compris, non ce n’est que mon avis basé sur une expérience de quelques années après avoir essayé plusieurs stratégies.

Quels sont les indicateurs techniques que j’utilise ?

Quatre indicateurs oui, mais lesquels ? les plus simples !

Les chandeliers japonais

Premier indicateur : tout simplement les bons vieux chandeliers qui sont là aussi un indicateur sur ce qui se passe ou s’est passé sur le marché.

On les oublie souvent, mais les chandeliers sont des outils très complets et donnant déjà un grand nombre d’informations compréhensibles d’un seul coup d’oeil :

  • Le prix actuel
  • Le prix au début de la période
  • Le prix à la fin de la période
  • Le prix maximum et minimum atteints durant la période
  • La progression en € et en % du prix sur une période donnée

Ajoutez à cela quelques outils de dessin comme les résistances, supports, canaux et autres biseaux et vous avez déjà ENORMEMENT d’information sur les variations passées et actuels du prix de l’actif.

Se baser principalement sur les chandeliers japonais revient à faire du price action trading : une stratégie de trading qui se base avant tout sur le prix et uniquement le prix car celui-ci intègre toutes les informations dont vous avez besoin pour investir ou trader.

Les moyennes mobiles

Autre indicateur que je considère indispensable : les moyennes mobiles 7 20  50 et 200 jours.

D’une part, c’est toujours intéressant de savoir si on achète plus ou moins cher que la moyenne, mais c’est également parce que j’ai remarqué que les prix réagissaient souvent sur celles-ci.

Le Volume

Là aussi, indispensable pour avoir une idée des mouvements de marchés et afin de confirmer ou non un breakout. D’autre part, le volume sert aussi à comprendre ce qui se passe sur un titre qui ne fait pas grand chose (volume décroissant = accumulation avant explosion dans pas mal de cas)

Le RSI

Un indicateur très connu là aussi et peut-être moins indispensable que les 3 autres mais sur lequel je garde un oeil.

Non pas avec les fameuses zones de survente et surachat au dessus de 80 et en dessous de 20 qui selon mon expérience ne veulent strictement rien dire : oui il y aura un régression à la moyenne à terme mais aucune indication de timing donc inutile pour ça.

Le RSI peut par contre (par prophétie auto réalisatrice) donner de bonnes indication dans la plupart des cas sur l’essoufflement (plus haut moins haut que sur les prix) d’une tendance voir détecter des divergences baissières ou haussières (surtout vrai sur les unités de temps daily et plus)

BONUS : les retracements de fibonacci

Pas un indicateur en soi puisqu’il ne sert que ponctuellement chez moi (notamment avec le fort dump de mars dernier) les niveaux de fibonacci sont très souvent respectés sur les unités de temps daily et weekly et peuvent être très utiles afin d’anticiper un niveau d’entrée ou de sortie.

Un mot sur l’auteur de l’article

Cet article invité a été rédigé par Capitaine invest, je suis investisseur et entrepreneur. Depuis plus de 10 ans, je partage sa vision de l’investissement  sur mon blog dédié à l’investissement en bourse mais aussi à l’immobilier.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à y faire un tour et me faire part de vos commentaires sur le blog !

Enfin, merci à Alexandre de m’avoir ouvert cette tribune sur son blog !

1 commentaire
  1. Rémy
    Rémy
    12 juillet 2020 à 10 h 06 min

    Merci pour cet article, il n’est pas évident de trouver les indicateurs à mettre sur son graphique.

    Depuis quelques mois, je vois beaucoup de graphiques Ichimoku. Quel est votre avis sur cet indicateur ?

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *