PER – Qu’est ce que le Price Earning Ratio ?

Le Price Earning Ratio (également désigné par les acronymes PER ou P/E) est l’un des ratios d’analyse fondamentale les plus utilisés en bourse. Comme son nom l’indique, ce ratio mesure le rapport entre le cours et les bénéfices d’une entreprise.

Comment calculer le PER ?

La popularité du PER vient probablement de sa simplicité à calculer. En effet, il existe deux méthodes de calcul (qui donnent strictement le même résultat) :

  • Cours / Bénéfice par action
  • Capitalisation boursière / Résultat net

Le résultat net ou le bénéfice par action est mentionné dans le document de référence de chaque société, publié annuellement. Prenons par exemple la société Air Liquide.

Compte de résultat consolidé au 31/12/2018

La société a réalisé un résultat net (part du groupe) de 2113 millions d’euros, soit 4,95 euros par action. Au cours de 125 euros (équivalent à une capitalisation d’environ 53,4 milliards), le PER est égal à 25,25.

Ce ratio est fourni par de nombreux sites internet mais je vous conseille de le recalculer par vous même. Attention également aux screeners qui vous calculent un PER sur le résultat attendu des prochaines années.

Air Liquide a un PER de 25,20 sur Google Finance

Les avantages du Price Earning Ratio

Le PER permet d’évaluer si une entreprise se paie sur des multiples de valorisations élevés ou non très rapidement. Il est ainsi possible de comparer rapidement un grand nombre de société.

L’investisseur pourra donc utiliser le PER pour détecter les éventuelles anomalies de valorisation, et prendre position en conséquence.

Les limites du PER

D’un point de vu personnel, je vois principalement trois limites à l’utilisation du Price Earning Ratio.

Premièrement le PER se base sur le bénéfice réalisé par une société. Cependant si l’on souhaite analyser une société déficitaire, ce ratio ne nous sera d’aucune utilité.

Ensuite ce ratio ne tient pas compte de la politique d’endettement d’une société. Une entreprise peut être faiblement valorisée à cause d’un endettement excessif, le faible P/E est donc totalement justifié et ne constitue pas une anomalie de valorisation.

Troisièmement, le PER ne donne aucune indication de timing pour acheter ou vendre une action. Par exemple, le PER du S&P500 est considéré comme surévalué depuis 2015 puisqu’il se paye sur un multiple de valorisation supérieure à 20.

PER sur le S&P500

Beaucoup de débutants utilisent des screeners gratuits pour identifier les entreprises ayant les PER les plus faibles.

Palmarès des plus faibles PER sur Boursorama

Mais un faible PER correspond à de mauvaises anticipations opérationnelles (faible valorisation) mis en rapport avec un résultat passé. Par exemple la société Renault se paie avec un faible PER depuis de nombreuses années alors le cours ne cesse de stagner…

Cours de bourse de Renault

A titre personnel, je regarde le PER pour estimer le potentiel de baisse d’une action lorsqu’elle débute une phase 4. Plus le PER est élevé et plus les attentes des investisseurs sont importantes. Si la société déçoit, il est probable que son cours dévisse très fortement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *