A/D Line – Ligne des avancées / déclins

Si vous lisez régulièrement mes analyses des marchés US, vous savez que je fais souvent référence à un indicateur appelé ligne des avancées/déclins (ou A/D Line pour Advance / Decline Line en anglais). Cet indicateur fait parti des indicateurs favoris de Stan Weinstein, je vais donc vous le présenter en détail.

Qu’est ce que l’A/D Line ?

Dans la langue française, il y a une expression qui illustre parfaitement le concept et l’utilité de la ligne des avancées/déclins.

C’est l’arbre qui cache la forêt.

Qui signifie se fixer sur un détail et non pas voir l’ensemble. Les indices boursiers comme le Dow Jones ou le CAC 40 se focalisent sur un nombre restreint de grandes entreprises. Et pour les indices plus large tels que le S&P500, les plus grandes entreprises pèsent beaucoup plus lourd dans la variation de l’indice que les plus petites.

L’A/D Line permet de corriger ce biais et ainsi d’avoir une vision de l’ensemble des entreprises cotées, indépendamment de leur capitalisation, de leur taux de flottant, etc.

Comment calculer l’A/D Line ?

Le mode de calcul de l’AD Line est relativement simple mais peut s’avérer fastidieux lorsqu’on n’a pas les bons outils. Après chaque jour de bourse, il convient de compter le nombre d’actions en hausse/baisse/neutre par rapport à la veille.

Ensuite soustraire le nombre d’actions en baisse des actions en hausse et additionner ce montant à la précédente valeur de l’AD Line.

Par exemple, si nous constatons qu’il y a 2000 actions en hausse, 850 en baisse et 150 neutre ; que l’ADLine valait 50 000 le jour précédent. La valeur de l’AD Line sera égale à 51 150 (50 000 + 2000 – 850).

Comment interpréter la ligne des avancées / déclins ?

La ligne des avancées/déclins est un indicateur qui permet de mesurer l’ampleur/l’étendu du marché. Stan Weinstein est notamment à la recherche de divergence entre la progression de l’A/D Line et le Dow Jones. Il a ainsi constaté qu’avant un krach boursier, l’AD Line atteignait son pic plusieurs mois avant le Dow Jones.

Si l’on se réfère au dernier krach (crise des subprimes), l’A/D Line a atteint son sommet en mai 2007 alors que le Dow Jones a continué son ascension jusqu’en octobre suivant. Quelques semaines plus tard, le Dow Jones est venu casser ses supports et à plongé de 50% en ligne droite.

Divergence de l’A/D Line en 2007 avant le krach

Ce phénomène s’explique grâce à la théorie de Dow. Pendant la phase de distribution, les gros investisseurs vendent les petites capitalisations pour se replacer sur les blue-chips, ce qui se traduit pas un assèchement de la liquidité sur les marchés financiers.

1 commentaire
  1. Chap8
    Chap8
    18 septembre 2019 à 8 h 31 min

    Simple et clair 🙂

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *