Faut-il avoir peur de BlackRock et de ses ETF ?

La chaine franco-allemande Arte a diffusé un documentaire sur BlackRock, gestionnaire de fonds, nommé « Ces financiers qui dirigent le monde – Blackrock« . Ce documentaire traite d’un sujet mal connu par le grand public et relativement complexe à comprendre pour les néophytes. Je vais essayer de le décrypter et de vous donner mon avis.

Qui est BlackRock ?

BlackRock est une société américaine dont l’activité consiste à gérer les fonds de ses clients, dans le but de les faire fructifier. Aujourd’hui la société gère pas moins de 6 000 milliards de dollars d’actifs appartenants à des investisseurs institutionnels (notamment des fonds de pensions) ou des investisseurs particuliers.

Activité de BlackRock en 2018

En d’autres mots, le métier de BlackRock consiste à créer, commercialiser et manager des fonds. En contrepartie, la société va se rémunérer via des commissions sur les fonds commercialisés et gérés. Par exemple si vous achetez pour 1000 euros d’un ETF iShares S&P 500, vous payerez 7 centimes de frais par an à BlackRock.

En France, BlackRock pourrait être comparé aux sociétés françaises Lyxor (filiale de la Société Générale) ou d’Amundi (Crédit Agricole).

Faut-il avoir peur de BlackRock ?

Aujourd’hui la taille de BlackRock fait peur à de nombreux intervenants. En effet la société gère pas moins de 6 000 milliards de dollars (2,5 fois le PIB de la France). Le reportage soulève plusieurs points intéressants comme l’impact de la société sur la gouvernance des entreprises qu’elle détient.

Via ses fonds, BlackRock fait parti des plus gros investisseurs du monde et par conséquent, la société possède un réel pouvoir d’influence sur la gouvernance de ces sociétés. En 2019, BlackRock possède environ 2% du CAC40 et il est le principal actionnaire de Total (6% du capital), Sanofi, BNP Paribas, etc.

Par ailleurs, BlackRock peut posséder deux entreprises concurrentes. Il y a donc un risque d’entrave à la concurrence, ce qui pourrait pénaliser le consommateur finale.

La société fait-elle peser un risque systématique ?

Contrairement à ce que laisse sous entendre le reportage, BlackRock ne spécule pas pour son propre compte mais pour le compte de ses clients. Augmenter le niveau de fonds propres d’un gestionnaire d’actif n’a donc pas de sens puisqu’il ne détient aucun actif et se rémunère uniquement via des commissions.

Si le prix de ses actifs sous gestion (AUM : assets under management) devait baisser de 50%, la société ne comptabiliserait aucune perte dans son compte de résultat. Cependant son chiffre d’affaires, proportionnel à la valeur des actifs sous gestion, baisserait nettement.

De plus, il est dit que les investisseurs prêtent de l’argent à BlackRock pour l’investir. Il ne s’agit en aucun cas d’un prêt puisque vous achetez la part d’un fonds, vous en êtes donc actionnaires . En cas de défaut de BlackRock ces fonds vous appartiendront toujours (même s’il faudra qu’une nouvelle société de gestion les gèrent).

Y a t-il trop d’argent placé dans les ETF ?

Le documentaire de Tom Ockers se pose la question y a t-il trop d’argent placé dans les ETF ? Quelles seraient les conséquences d’un krach boursier sur les ETF ? Que se passerait-il si tout le monde voulait les vendre ? De nombreux investisseurs ont peur d’une éventuelle bulle sur les ETF.

L’un des experts a même l’audace de dire :

Qui sera la pour récupérer les ETF ? Qui les achètera s’ils sont en train de plonger ?

Heike Butcher, journaleux

Il suffirait de remplacer le mot ETF par… actions, obligations, bitcoin, immobilier ou même tulipes. Et la réponse à sa question est simple et connue depuis 400 ans, on assisterait à un krach et la valeur des ETF baissera de 50 à 90%.

Par ailleurs, les fonds gérés activement (notamment par BlackRock en 2008) ont déjà subit des krachs, des ventes paniques, etc. Les gérants sont obligés de vendre leurs actifs en catastrophe lorsque leurs clients retirent leur argent du fonds.

Comble de la malhonnêteté intellectuelle, la voix off indique que les causes du Flash-Krach de 2010 sont encore inconnues aujourd’hui (trading à haute fréquence, trading algorithmique, etc ?) mais laisse sous-entendre que les ETF seraient la cause…

Mon avis sur ce documentaire ?

Même si j’ai appris des choses sur BlackRock et notamment son système Aladin (Asset, Liability, Debt and Derivative Investment Network), je trouve que ce documentaire est à charge contre BlackRock et l’industrie des ETF. Il est par ailleurs rempli d’imprécisions (gestion actif/passif, spéculation pour compte propres ou de tiers) et même de fausse d’informations.

Ce documentaire fait la part belle au sensationnalisme en activant un puissant sentiment : la peur. Après avoir vu ce reportage quel néophyte, sans culture financière, ira acheter un ETF ?

Si vous n’avez pas vu le documentaire, il est disponible sur Youtube jusqu’au 16/12/2019

Et vous, comment avez-vous trouvé ce documentaire sur Blackrock ?

1 commentaire
  1. Matthew
    Matthew
    5 octobre 2019 à 16 h 50 min

    Merci pour votre analyse

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *