Analyse du mini-krach du T4 2018

Le quatrième trimestre 2018 aura été marqué par une importante baisse des marchés financiers. Sur fond d’inversion de la courbe des taux, de nombreux observateurs ont cru qu’un nouveau krach, comparable à 2008, allait dévaster les marchés financiers.

Récession et crise annoncées par les médias

Dans cet article, je vais réaliser l’analyse à posteriori de l’enchainement des évènements qui ont conduit à cette baisse des marchés, en utilisant les outils fournis par Stan Weinstein dans sa méthode. Je vais ainsi découper mon analyse en trois séquences chronologiques.

Trump trade, la hausse infernale

Depuis l’élection de Trump en novembre 2016, les marchés financiers sont montés en ligne droite. Sous l’impulsion des réformes (notamment fiscales) du nouveau président des USA et de la politique ultra accommodante de la FED, le S&P500 a gagné plus de 30% sans jamais retracer.

S&P500, gain de 700 points depuis l’élection de Trump

Après avoir mené ses réformes intérieures, Donald Trump s’est attaqué au déficit commercial début 2018, ciblant notamment la Chine (et dans la moindre mesure l’Europe). Ses déclarations sont venues agiter la volatilité sur les marchés, qui étaient auparavant historiquement basses.

Impact de Trump sur la volatilité en Février 2018

Le début de cette guerre commerciale n’aura pas vraiment impacté les marchés. Après quelques mois de consolidation horizontale, le S&P500 a repris sa marche en avant puis il a cassé ses précédents plus hauts en septembre.

Plus haut 2018 du S&P500

À ce moment, les indicateurs de sentiment indiquaient un extrême d’optimisme. Début octobre, l’étude hebdomadaire menée par l’AAII indiquait que 45% des petits porteurs étaient acheteurs alors que seulement 25% étaient vendeurs.

Extrême d’optimisme avant la correction

Correction des marchés

Mais au début du quatrième trimestre, les observateurs (analystes, économistes, médias, etc.) ont commencé à s’inquiéter d’un retournement de la courbe des taux aux USA. Les économistes aiment à rappeler qu’une telle inversion a toujours été suivie par une récession et donc un marché baissier.

Comparaison des taux US à 10 ans et 3 mois

Vous connaissez la suite, les marchés financiers US ont baissé de presque 20%. Mais cette baisse doit-elle être considérée comme un évènement imprévisible (une sorte de black swan) ? Ou y avaient-ils des indices laissant croire que les marchés pouvaient baisser ?

Lorsque l’on regarde les indicateurs de participations (que vous devriez suivre toutes les semaines), on constate que la ligne des avancés/déclins s’est effondrée début octobre alors que le S&P 500 venait de faire un nouveau plus haut.

Divergence de l’ADline de quelques semaines

Si vous avez analysé l’ensemble des krachs boursiers depuis 1929, vous avez pu constater qu’une divergence de quelques semaines n’a jamais provoquée de krach financier. Comme le disait Stan Weinstein dans le chapitre 8, « si la divergence se déroule sur une période courte (plusieurs semaines), le déclin à venir a toutes les chances de n’être qu’une correction dans le cours d’un marché bull« .

Lors du quatrième trimestre, il n’y avait pas vraiment de signaux techniques ou graphiques indiquant la fin de la baisse. Les supports ont explosé les uns après les autres, l’ADline a chuté plus rapidement que le Dow Jones et la volatilité n’a cessé d’augmenter.

Nouveaux plus bas à 52 semaines largement supérieurs aux plus hauts

Point de traditionnel rallye de fin d’année, les marchés ont chuté en ligne droite en décembre. Je me rappelle que les marchés financiers sont venus toucher leur plus bas le 24 décembre (Joyeux Noël). Je surveillais fébrilement les cours pendant le repas…

Reprise du marché

Les signaux de reprise viendront début janvier, les indicateurs de participation (ADLine, pourcentage d’action dont le cours est au dessus de leur moyenne mobile) augmentaient plus rapidement que les grands indices, signe que les investisseurs revenaient à l’achat sur toutes les actions (même les plus petites).

Reprise de l’ADLine avant le Dow Jones
Actions au dessus de leur moyenne mobile à 150 jours

Les conclusions de ce mini krach ?

Rétrospectivement, tous les signaux annonçaient une correction importante : les marchés qui n’avaient pas retracé depuis de nombreux trimestres, les petits porteurs étaient extrêmement optimistes, une divergence de quelques semaines de l’ADLine et la presse qui alimente la panique (inversion de la courbe des taux).

Il y avait différentes manières d’aborder cette correction. Pour ma part, j’ai vendu mes contrats CFDs (avec un fort levier) début octobre alors que l’ADline commençait à diverger mais j’ai conservé mes ETF longs en PEA. Sur cette deuxième poche d’investissement, j’ai également profité de la baisse des marchés pour renforcer régulièrement la position acheteuse. Je n’ai malheureusement pas eu le courage de reprendre des CFDs à l’achat (avec levier) dans une optique de swing trading.

Et vous, comment avez-vous vécu et géré cette période ? Avez vous utiliser d’autres indicateurs pour identifier la correction puis la reprise ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *